Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de dynamiquedephilosophie.over-blog.com

Le blog de dynamiquedephilosophie.over-blog.com

participation à l’intégration effective de la philosophie dans la société. point de rencontre des chercheurs du monde.

Hubert Mono Ndjana conteste sa mise en retraite

 

Le chef de département de philosophie invoque un défaut de parallélisme des formes. Né le 3 novembre 1946, Hubert Mono Ndjana, professeur titulaire des universités, est, en principe, selon la réglementation en vigueur, appelé à faire valoir ses droits à la retraite le 3 novembre 2011, à 65 ans sonnés. Mais dans la pratique, la mise à la retraite du chef de la division de la recherche et des publications de l’université de Yaoundé I, par ailleurs chef du département Philosophie s’est déroulée, à l’en croire de manière «illégale».
Le philosophe explique : «le mercredi 16 novembre dernier, le vice-doyen de la faculté des arts, lettres et sciences humaines, Bole Butake me signale par un coup de fil qu’il faut que je prépare la passation de service avec mon intérimaire au poste de chef de département de Philosophie.

Je lui réponds que je n’ai reçu aucune notification ni du recteur, ni du doyen de la Falsh. C’est ainsi que le vendredi suivant, la passation de service n’a pas lieu. Lorsque le vice-doyen me relance le lundi d’après, je lui dis une fois de plus que l’administration n’est pas verbale, mais écrite».
L’universitaire ajoute que le même lundi, il recevra «dans un restaurant» une lettre de Richard Laurent Omgba, le doyen de la Falsh, l’invitant à la cérémonie de passation de service mardi à 14h30. «Dès que j’ai reçu cette correspondance, j’en ai partagé le contenu avec un avocat, Me Emmanuel Yinda. A qui j’ai dis que je n’ai pas vu de lettre du recteur qui m’envoie à la retraite. Si j’avais connaissance d’une lettre du recteur dans ce sens, j’aurais assoupli ma position, car le recteur est un monsieur que je respecte».

Mais le coeur du réquisitoire de Hubert Mono Ndjana se trouve ailleurs. «Mon départ en retraite n’entraîne pas de facto la fin de mes fonctions de chef de division et de doyen. J’attends que le ministre qui m’a nommé prenne un acte parallèle. C’est le principe du parallélisme de forme. Le ministre est encore vivant et il est en poste à Yaoundé». Courroucé, Mono Ndjana estime qu’il n’a pas encore été déchargé de ses fonctions et n’a pas l’intention de se laisser conter. «Je n’accepte pas que des jeunes gens me méprisent de la sorte, même s’ils sont administrativement au dessus de moi. C’est un mépris que je ne peux pas tolérer, après avoir passé 40 ans au service de l’Etat et du régime. Là nous parlons droit. J’ai ainsi envoyé mon avocat s’opposer. Les actes qui viendront du département de philosophie et qui seront signés de l’intérimaire sont nuls et de nul effet», fulmine l’enseignant d’université.
Investigation faite, le recteur de l’université de Yaoundé I, Oumarou Bouba, a bel et bien signé en date du 11 novembre 2011, la note qui constate le départ à la retraite de Hubert Mono Ndjana. Le recteur désigne à titre intérimaire Ondoua Olinga Pius au poste de chef de département de philosophie. «Sous la coordination, des vice-doyens», l’ancien ministre de l’Emploi et de la Prévoyance sociale est chargé de «la gestion académique et administrative dudit département», selon la décision du recteur.

 

Georges Alain Boyomo

 

http://quotidien.mutations-multimedia.com/index.php/actualite/167-vivre-aujourdhui/2739-universite-de-yaounde-i-hubert-mono-ndjana-conteste-sa-mise-en-retraite

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article