Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de dynamiquedephilosophie.over-blog.com

Le blog de dynamiquedephilosophie.over-blog.com

participation à l’intégration effective de la philosophie dans la société. point de rencontre des chercheurs du monde.

Franklin Nyamsi répond à Lucien Ayissi

Lundi 20 décembre 2010
Lucien Ayissi et la stratégie victimaire de l'auto-sémitisation: le crépuscule des idoles kamerunai
Lucien Ayissi et la stratégie victimaire de l’auto-sémitisation : le crépuscule des idoles kamerunaises
.


Par Franklin Nyamsi
Agrégé de philosophie des Universités Françaises.



     Un temps vient au Kamerun, où la manipulation victimaire du schème ethniciste sera l’ultime ressource de ceux qui ont grassement vécu sous l’abri infect des accointances du sang et des éloges fumeux du sol. Ils ont théorisé et pratiqué la clanisation des universités camerounaises. Ils ont procédé à la bétisation outrancière des hiérarchies universitaires de Yaoundé, à la sawaïsation de celles de Douala, à la bamilékisation de celles de Dschang, à kirdisation de celles de Maroua, à l’anglophonisation aveugle de celles de Buéa et Bamenda ou à la foulbéisation de celles de Ngaoundéré, et j’en passe. Soyons clairs. En Afrique noire, l’oligarchisme ethnique n’a pas d’ethnie, mais les dirigeants postcoloniaux et leurs admirateurs vivent de l’exploitation des illusions égalitaires de l’oligarchisme ethnique. Chaque fois qu’ils ont donc pu y parvenir au Kamerun, ces hiérarques mal inspirés ont procédé à la politique saupoudreuse de l’équilibre soi-disant régional, assise sur la théorie éculée de l’Alliance stratégique Beti/Foulbé pour le contrôle du politique ; sur la théorie éculée de la neutralisation stratégique des Bamiléké/Basaa/Anglophones, bref sur la géopolitique coloniale qui ne brilla que dans l’art de toujours diviser davantage pour mieux régner au Kamerun.

 

    Oui, ils sont nombreux du Nord au Sud et de l’Ouest à l’Est à avoir sciemment et/ou inconsciemment organisé, approuvé ou favorisé l’exclusion de millions de jeunes des institutions éducatives, pour faire de la place à leurs propres rejetons formés à l’encan et parachutés aux meilleures fonctions au prix de moult compromissions ténébreuses. C’est en songeant à ce temps de justice que leur lâchetés ont fait fermenter dans le limon des souvenirs douloureux du peuple, que certains seconds couteaux de l’intelligentsia organique du RDPC s’attaquent volontiers à ceux qui leur dressent le bilan de leurs actions criminelles et de leurs nombreux silences coupables. Qu’il crie au loup ou non, il est certain que Lucien Ayissi a partie liée avec cette république bananière, qu’il n’a affrontée dans aucune configuration majeure, hormis les bribes bonimenteuses de ses essais superflus qu’il me fait l’inféconde recommandation de considérer comme ses brevets de citoyenneté exemplaire.

 

    Alors que l’implication objective des Marcien Towa, Pius Ondoua, Rachel Bidja, Ndzomo Molé, Okah Atenga, Titus Edzoa, Mono Ndjana, Manga Bihina, et Cie dans la dérive tribalo-sectaire du département de philosophie de l’Université de Yaoundé se révèle de longue date aux yeux des observateurs les plus distraits, Lucien Ayissi, l’un des cohéritiers de cette nébuleuse qui croit secrètement – et parfois ouvertement- qu’il y a un rapport intime entre le contrôle de la philosophie universitaire kamerunaise et le braquage de la souveraineté du Kamerun, se permet de nous attribuer une ubuesque « opération de sémitisation et de stigmatisation des Beti. » Du coup, les coupables de la bétisation de la philosophie à l’Université de Yaoundé deviennent, par un effet magique dont Lucien Ayissi détient seul le secret, les victimes d’une purge prétendument programmée et redoutée. Les loups crient « au loup ! » Examinons l’affaire, puisqu’elle semble avoir servi un tel tord-boyau à notre petit planton de l’esprit qu’il se croit en mesure de bavasser sur nos compétences. Essayons d’aller aux sources du délire de ce personnage péteux et profondément insincère, en lui souhaitant la mémoire assez longue pour pouvoir s’accommoder de la robustesse de notre style qui ne pâlit en rien devant son pauvre phraser de juge de tapis.

 

    « Sémitisation » ? Quelques interrogations suffisent à montrer l’inanité de la métaphore. Les Beti seraient les nouveaux juifs de la société kamerunaise, selon notre philosophe à deux sous. Voyons. D’où Lucien Ayissi tire-t-il ce qualificatif de sémite qu’il applique à nos populations bétiphones ? D’où tire-t-il essentiellement qu’être sémite, c’est nécessairement être innocent ? D’où tire-t-il qu’un juif ne peut être coupable de rien ? D’aucun texte connu, encore moins existant de notre part. Jamais sous notre plume, un appel au meurtre, encore moins à l’ethnocide, mais toujours intangible, le souverain droit de résister contre ceux qui nous soumettent aux politiques de la mort. Nulle part dans nos dires et dans nos gestes, nous qui avons tous les sangs du Kamerun dans nos veines, à la fois matériellement et symboliquement, nulle part, il n’a été question de livrer les populations bétiphones de notre pays natal à quelque vindicte que ce soit.

 

     Ce qui est reproché à « la bande à Marcien Towa », c’est d’avoir longtemps semé les graines d’un certain marxisme qui était supposé s’emparer de notre siècle kamerunais, avant de s’engouffrer pieds et poings liés dans la biyacratie, l’envers absolu de la pensée de Karl Marx. Tel est le cas de tous ceux qui, bétiphones ou non, dans leurs écrits professèrent que Biya avait une idée sociale parce qu’ils espéraient en fait ainsi gravir des échelons de mangeoire, laissèrent lyncher des étudiants dans Yaoundé parce qu’ils étaient des opposants allogènes qui « dérangent », organisèrent des tricheries au bénéfice de leurs enfants et de leurs protégés dans l’Université pour s’assurer des solidarités de cons, relayèrent les appels aux meurtres contre les syndicalistes étudiants et enseignants dans la ville de Yaoundé pour sauver leur chose. Le dire, est-ce sémitiser et stigmatiser LES BETIS ? Non, les Beti ne seront pas ainsi sémitisés. C’est pour situer l’horizon de forfaiture de « la bande à Towa » que nous en avons dessiné l’aire d’abrutissement. Non, ce n’est pas sous la plume d’un fils spirituel de Mongo Beti, de Jean-Marc Ela, d’Ossendé Afana, que les Beti seront sémitisés. Et notre combat pour la démocratie au Kamerun passe naturellement par la dénonciation de tous les pogromes imaginaires et par l’opposition active aux projets et actes de pogromes réels. Si jamais un jour vous tremblez de peur dans le siècle monsieur Ayissi, sachez que les portes de mon domicile vous seront ouvertes avec bienveillance et courage. Des kamerunais, des personnes humaines, ne sont pas à livrer aux passions de quelque curée tribaliste que ce soit. Quelle valeur accorder alors à l’accusation que vous me faites de « stigmatiser les Beti » ? Pas l’once d’une ! C’est vous qui n’avez prêté aucune attention au contexte de mon texte, encore mois au fait qu’il ne vous était PAS destiné.

 

  Car les tribalistes bétiphones, comme ceux de tous nos groupes socioculturels kamerunais qui n’en manquent pas, méritent d’être dénoncés quand les circonstances s’y prêtent. Le fait que des « philosophes » Beti aient été indexés dans l’écrit auquel vous faites allusion ne préjuge pas du fait qu’ils soient indexés parce qu’ils sont Beti. Si le sicaire affamé qui vous a filé la mèche peut encore vous servir à quelque chose, qu’il vous dise à suffisance que nous ne tenons pas en plus grande odeur de sainteté la philosophie de Njoh Mouellé, l’ex-secrétaire général du RDPC et ministre de Biya, ou celle du spinoziste Guillaume Bwélé, qui abrita gaiement ses talents derrière les pestilences tyranniques d’Ahmadou Ahidjo. Nous nous gaussons autant de L’urgence de penser de Maurice Kamto que des prétendus Droits des Minorités Sawa de James Mouangué Kobila. Quelles circonstances donc président à cette affaire ? L’écrit auquel Lucien Ayissi fait sans doute référence dans sa complainte hypocrite est le résultat d’une divulgation indue et diabolique d’un échange statutaire interupéciste. Dans le cadre des activités de l’UPC, nous avons le droit de débattre de notre adoption ou non des prises de positions intellectuelles en cours dans la société kamerunaise. Ce travail critique est une très ancienne tradition de notre organisation. Mais il n’avait pas à être révélé au public en l’état, selon nos Réglements. Voici donc le fait heureux de ce tralala. La nébuleuse pseudo-marxisante de Towa avait un agent parmi nous, il est désormais démasqué, dans son imposture d’agent double postcolonial. En effet, le divulgateur crapuleux de notre écrit intraupéciste s’était fendu de Notes de Lecture d’un livre d’upéciste et d’un livre du pseudo-marxisant Charles Romain Mbélé. Cet individu nuisible – le divulgateur- avait notamment tiré prétexte de ce dernier ouvrage cité pour présenter Marcien Towa et son école de pseudo-marxisants à la ramasse, comme des penseurs authentiques de la libération africaine. Ni plus, ni moins, après 28 ans d’adoration du satrape Biya ! Par ailleurs, le même upéciste divulgateur, dans son indignité accrue, traitait Fabien Eboussi Boulaga, Achille Mbembé, Ambroise Kom, Jean-Marc Ela, Célestin Monga, de « postcolonialistes » responsables de l’aliénation de l’Afrique. Or, ces penseurs et chercheurs sont les réserves de sens les plus précieuses du Kamerun de la vraie espérance, car leur travail et leurs trajectoires de vie ont précisément consisté à déconstruire les logiques de domination d’ici et d’ailleurs, afin de montrer comment

 

 

posté par professeurfranklinnyamsi.over-blog.com le 22/12/2010 à 23h12

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Francine Stockton épouse Ambassa 02/01/2011 06:43


Cher monsieur,
Ce n'est pas parce que vous êtes professeur "agrégé" que vous avez le droit d'être aussi discourtois.
Ce n’est pas en essayant d’offenser l’autre que vos propos seront compris. Arrêtez de pleurnichez vous êtes assez grand.
Que cette année change votre façon de voir les choses.
Bonne année 2011 !

Mme Francine Stockton épouse Ambassa
Université de Caroline du Nord